Samedi dernier, je donnais mon cours de portage bi-mensuel à la maison. 4 bébés et leurs parents étaient là, tous bien en forme, agés entre 4 semaines et 3 mois.Certains parents étaient là avec leur sling, leur écharpe, d'autres venaient essentiellement pour découvrir le portage.

Les bébés étaient tous très actifs, se manifestant allègrement. En particulier monsieur Eloy, petit père de 3 mois, bien embêté par ses régurgitations. La première chose qui m'interpella, c'est la forme de son crâne, plat à l'arrière. Le bébé est gêné, pleure, se cambre, manifeste son impatience et son inconfort. Toute de suite, ça me saute aux yeux et à l'esprit : bébé souffre de RGO interne.Cependant, j'y vais doucement, la maman est professionnelle de santé, elle est suivi par un ostéopathe réputé sur Dijon depuis qu'elle est enfant, il suit également le bébé ; j'en avais préalablement discuté avec son mari par téléphone.

La réflexion d'une maman fait suite à mon idée : "il mâchouille",  oui, continuellement. Cette maman venue avec son conjoint et leur petit bout de 4 semaines connaît bien le problème, son aîné souffrait d'une plicature (estomac replié sur lui-même) et de RGO interne important. Ils ont dû attendre plus de 3 mois avant qu'un médecin arrête de dire que leur enfant était stressé parce que la mère l'était ...

Il s'est passé alors quelque chose de formidable : ces parents ont parlé, expliqué le cas de leurs enfants, puisque bébé2 souffre aussi de RGO mais heureusement pris beaucoup plus tôt en charge, ont parlé de leur expérience aux autres parents, et la parole a circulé, aidé par une belle énergie. Je suis soucieuse de faire circuler cette énergie lors de mes interventions ; ce samedi fut riche en émotions !

Partant de ce postulat, nous avons donc essayé les nouages susceptibles d'aider bébé Eloy a trouvé un soulagement à ses remontées acides, et le kangourou dos fut salutaire, tant pour lui que sa maman. N'ayant pas de véhicule et circulant beaucoup en bus, ce nouage répond à toutes, ou presque, ses attentes.


Revenons au RGO. Il y a régulièrement des entrées sur mon blog avec ce mot.  Je vais donc essayer d'éclairer votre lanterne.

Les bébés, ces drôles de bestioles, ont la fâcheuse manie de cracher régulièrement leur lait, maternel ou pas, sur nos t-shirt, pantalon etc. Avec un bébé, on oublie vite les tailleurs branchés et les talons aiguilles et on se tourne rapidement vers le jean et le t-shirt basique, facile à entretenir, les converses ou les birk ....

Autrefois, les enfants étaient affublés de jolis béguins en dentelles et de BAVOIRS eux aussi en dentelles, jolis, assortis à la barboteuse à smocks toussa toussa.

image_bb_maman_photo1

Sauf qu'aujourd'hui, les body sont rigolos, les fringues des gamins sont branchées, bariolées de dessins à messages plus ou moins clairs d'ailleurs, parfois. Et on ne voit plus ces zolis bavoirs brodés (enfin si, dans ma boutique, mais bon). Sauf que les mômes crachent toujours autant leur déjeuner, leur goûter, leur dîner, leur souper etc.

Ce n'est pas grave, ça passe avec l'acquisition de la position assise puis verticale. (et chez kiabi, la mode est à petits prix)


Cependant, il existe une forme plus pernicieuse de vomito de bébé. Celle qui surgit loin des repas, fait hurler l'enfant de douleur, comme si tout à coup, on le piquait avec une aiguille rougie au feu,  le fait se tordre, jeter ses pieds, ses jambes avec de brusques mouvements saccadés,  le fait se cambrer, rouspéter, fait de lui un enfant sensible, qui se réveille rapidement, dort peu, au grand désarroi de ses parents, qui, au fur et à mesure que passent les semaines, ressemblent à des zombies de filmsB.

Parfois, bébé ne recrache rien du tout, le bol alimentaire repart en arrière, comme la roue du grand 8. Ce sont ni plus ni moins que des remontées acides. L'enfant mâchouille sans arrêt, on dit qu'il "chique." Lorsque rien n'est mis en place pour le soulager, la forme la plus aiguë est l'oesophagite, dans sa forme grave avec hématémèse.

Le corps médical a parfois du mal à entendre les suppliques des mères face au comportement éreintant de leur projeniture. Souvent accusées à tort d'être stressées, elles doivent batailler dur pour se faire entendre. D'ailleurs, ce terme et cette difficulté à  être entendu sont revenus plusieurs fois, samedi. La non-écoute est par-dessus tout, l'épreuve la plus difficile à vivre pour les parents qui "savent" très bien que quelque chose ne va pas.

D'où la facilité à exprimer ces maux samedi, entre ces parents qui se soutenaient, se comprenaient et se donnaient les recettes pour tenter de vivre mieux ce passage et de soulager leur bébé par la même occasion.

Si votre lanterne est allumée dans votre tête, que le girophare clignote sans cesse, n'hésitez pas, consulter et insister.  Si vous allaitez, une consultante en lactation saura prêter une oreille attentive, elle sait accompagner ce type de problème. Si vous n'allaitez pas, les pédiatres sont, au fait des traitements à donner à votre enfant. Sachez que les anti-acides sont délivrés sans ordonnance dans les officines et les pharmaciens connaissent parfaitement la marche à suivre et sauront vous indiquer le professionnel à même de vous aider.

Une personne que j'apprécie énormément, pour ce qu'elle m'apporte dans ma vie personnelle, m'a écrit ceci : "(...) ton ressenti quel qu'il soit est toujours juste puisque c'est le tien". A mon tour de vous écrire la même chose.

Ce samedi là, était présente une jeune maman extrêment douce, discrète, avec son petit père de 2 mois, petit pirate tout brun. Pour elle, j'ai préparé cette écharpe :

CAMILLE_petit_Pirate_pop_safran

et pour une autre maman, et sa petite puce :

MYRTILLE_papillon_MAUVEY_PRUNE